Participer à la conversation

Cinq minutes avec le professeur Ian H Robertson

Ian H. Robertson, professeur de psychologie, Trinity College de Dublin Ian H. Robertson, professeur de psychologie, Trinity College de Dublin

Comment en êtes-vous arrivé à la recherche sur le cerveau ?

« Il y avait une série télévisée quand j'étais jeune, The Human Jungle, dont le héros était un psychiatre qui résolvait toutes sortes de cas étranges et intéressants, un peu comme Sherlock Holmes. J’ai trouvé ça intéressant. J'ai étudié la psychologie à l'Université de Glasgow, puis j'ai travaillé quelques années à l'étranger avant de faire ma maîtrise et mon doctorat à l'Université de Londres, sur la réhabilitation après des lésions cérébrales. J'ai travaillé à l'Université de Cambridge pendant plusieurs années avant d’intégrer le Trinity College de Dublin en 1999, où je dirige maintenant des recherches sur l'attention et la conscience ».

 

À quoi travaillez-vous ?

« Je m’intéresse à la façon dont nos expériences : ce que nous faisons, ce que nous pensons et ce que nous ressentons, et aussi notre société en général, peuvent façonner notre cerveau. Plus particulièrement, j’étudie comment l'attention et la conscience peuvent accroître l'impact des expériences sur notre cerveau.

En ce moment, je travaille sur des projets visant à aider les gens à développer une plus grande conscience de soi. Nous utilisons des technologies comme la stimulation électrique légère et des exercices de biofeedback pour susciter dans le cerveau un regain d'attention et améliorer la mémoire et les fonctions cognitives. Nous cherchons également de nouvelles façons de mesurer la conscience ».

 

Avez-vous changé votre mode de vie en fonction de ce que la recherche montre sur la santé du cerveau ?

« Oui. Je suis allé à une conférence à Toronto, il y a environ sept ans, et j'ai entendu un exposé sur les effets des exercices d’aérobie sur le cerveau des personnes âgées. Depuis ce jour, je fais de l’exercice quatre à cinq fois par semaine. En travaillant à un rythme qui engendre une légère transpiration, nous augmentons la fréquence cardiaque. Cela est préférable à n’importe quel médicament ou entraînement cérébral. »

 

Quels conseils donneriez-vous pour maintenir son cerveau en bonne santé ?

« Exercez votre attention et lancez-vous des défis en apprenant de nouvelles tâches et en fréquentant d’autres milieux sociaux, ne faites pas tout le temps les mêmes choses et ne fréquentez pas tout le temps les mêmes personnes. Faire des exercices d’aérobie et exercer consciemment son attention sont aussi deux activités qui aident énormément le cerveau ».

 

Si vous aviez une baguette magique et si vous pouviez faire bouger les choses au cours des cinq prochaines années, que feriez-vous ?

Sans l'ombre d'un doute, je trouverais un traitement pour la maladie d'Alzheimer.

 

Ian H Robertson est professeur de psychologie au Trinity College de Dublin et auteur de nombreux best-sellers, dont :

The Winner Effect: How Power Affects Your Brain (Bloomsbury, juin 2012)

Mind Sculpture: Unleashing Your Brain’s Potential

The Mind’s Eye: The Essential Guide to Boosting Your Mental, Emotional and Physical Powers

 

Partager cette page: