Participer à la conversation

Je suis Robocare, l'aide à domicile robotisée

Le robot dans la maison de Stuttgart Le robot dans la maison de Stuttgart

« Shadow » est arrivé à son nouveau domicile de Stuttgart, en Allemagne, chargé d'une mission bien précise : aider deux personnes âgées de plus de 80 ans. Les personnes âgées souhaitent généralement vivre chez elles le plus longtemps possible et le système robotisé Shadow, ou SRS en abrégé, peut les aider.

Tout était nouveau dans l'appartement de Stuttgart pour ce robot d'aide à domicile et beaucoup plus difficile que dans les essais qu'il avait effectués en laboratoire. Mais dans le cadre du projet de recherche européen, le Care-O-bot avait appris comment aider les deux personnes âgées. Leur majordome électronique était donc capable de leur rappeler qu'ils devaient prendre leurs médicaments, de les aider en leur amenant une boisson mais également de les mettre en relation avec un soignant ou un proche.

En réalité, ce robot a des aptitudes particulières. Il peut exécuter des ordres qui lui sont envoyés par une télécommande, l'idée étant que les enfants adultes de personnes âgées ou les soignants puissent les aider à distance par le biais de ce système robotisé. Dans le test de Stuttgart, un iPad et un Smartphone Apple pouvaient être utilisés pour indiquer au système robotisé Shadow ce qu'il devait faire.

Les personnes âgées elles-mêmes pouvaient également contrôler le robot et un expert technique était disponible pour aider le robot s'il devait faire face à une situation inattendue. « Il s'agit de faire collaborer les membres de la famille et le robot pour permettre aux personnes âgées de rester indépendantes », explique Renxi Qiu, expert en robotique à l'Université de Bedfordshire et scientifique du système robotisé Shadow.

La plupart des personnes âgées qui ont expérimenté ce système robotisé à domicile ont indiqué qu'il était « très cool, que c'était un gadget sympa », précise Mr Qiu. « Ils aiment interagir avec le robot et apprécieraient d'avoir un tel système chez eux ». Les parents de Qiu vivent en Chine et il s'est fixé comme objectif de pouvoir un jour les aider à distance à l'aide de ce robot d'aide à domicile.

Qiu et ses partenaires du projet basés dans toute l'Europe ont également travaillé sur le logiciel du robot afin qu'il soit capable de tirer des leçons de son expérience. Cela lui permet d'effectuer des tâches imprévisibles et il est de ce fait très différent de ses cousins, les robots répétitifs, utilisés sur les chaînes de montage des usines.

L'idée n'est toutefois pas de transformer le robot en serviteur. Bien que ce soit possible, ce robot ne fera pas de thé ou ne cuisinera pas pour les personnes âgées. Ces aptitudes auraient un coût et la plupart des seniors aiment s'adonner à ces tâches dans le cadre de leurs activités quotidiennes. 

« Nous ne voulons pas que le robot se substitue aux personnes âgées et fasse tout à leur place. Son rôle sera de leur rappeler certaines choses, de les encourager dans certaines situations et d'aller chercher des objets si c'est réellement nécessaire », explique Qiu. Le robot lui-même ne saurait être confondu avec une personne et il s'agit clairement d'une machine, d'un gadget high tech destiné à vous permettre de mieux vivre de façon autonome. 

Pour l'heure, le coût de ce robot est trop élevé pour le rendre accessible à toute personne qui souhaite bénéficier d'une assistance robotisée. Qiu et d'autres spécialistes s'emploient à abaisser le coût du robot, d'environ 250 000 euros à l'heure actuelle à quelques milliers d'euros. Il serait alors très populaire. « Un membre de la famille de la personne âgée pourrait guider Shadow dans toute la maison s'il ne parvenait pas à la joindre », précise Qiu, qui ajoute que la sécurité et la sûreté seraient des éléments critiques de la mission du robot. 

SRS signifie « Multi-role Shadow Robotic System for Independent Living » (Système robotisé Shadow multi-rôles pour une vie indépendante). On espère que le robot pourra aider les seniors à vivre en toute sécurité, mais aussi à préserver les liens avec les membres de leur famille et à sortir plus de chez eux accompagnés de leur SRS. On sait que les liens sociaux sont bons pour le fonctionnement du cerveau, aussi le SRS peut-il assister tant le corps que l'esprit.

Partager cette page: