Participer à la conversation

Jouez pour gagner un cerveau plus jeune

Une scène de City Quest, un jeu d'entraînement cérébral Une scène de City Quest, un jeu d'entraînement cérébral

Jouer à un jeu vidéo permettrait de remonter les aiguilles du temps, et vous redonner un cerveau plus jeune. C'est le but des scientifiques européens qui ont conçu un jeu amusant appelé City Quest. Dans ce jeu, vous êtes mis au défi de trouver votre chemin à travers une ville inconnue ; votre « moi » virtuel se déplace au fur et à mesure vous déplacez votre poids sur un plateau d'équilibre.

Vous devez éviter les obstacles dans une course contre la montre pour atteindre votre destination. Mais le jeu peut vous réserver d’autres récompenses.   

Notre but est de développer un jeu amusant, mais aussi de former le cerveau à mieux traiter l'information provenant des sens, explique Fiona Newell, psychologue au Trinity College de Dublin, en Irlande. « En conséquence, leur cerveau du joueur sera plus jeune. » Ce jeu fait partie d'un projet de recherche baptisé VERVE.

En vous promenant dans la ville virtuelle de City Quest, vous voyez et entendez des choses, et vous devez découvrir où vous êtes. Comme dans une vraie ville, votre cerveau doit constamment actualiser votre position et associer les nouvelles informations provenant de vos sens. Le Prof. Newell explique que lorsque nous vieillissons, la capacité de notre cerveau à traiter toutes ces informations s’émousse un peu, comme si les échanges entre les différentes aires sensorielles s’étouffaient.

L'idée de City Quest est de restaurer cette capacité chez les personnes âgées, afin que les échanges à l'intérieur du cerveau soient plus clairs. Se déplacer dans la ville virtuelle pourrait aussi rétablir la confiance des personnes qui ont peur de tomber. « Nous voulons voir si ce jeu peut améliorer la capacité de perception, permettre de mieux se mouvoir dans un environnement inconnu et éviter les obstacles » explique le professeur Newell, qui pense que cela pourrait aider les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et celles qui ont des problèmes d’équilibre.

Les 60 personnes inscrites pour jouer à ce jeu, vont, nous l'espérons, non seulement devenir des champions de City Quest, mais aussi accroître leurs capacités motrices.  Après 10 sessions de jeu, elles passeront des tests afin de déterminer si elles arrivent mieux à effectuer certaines tâches. Les capacités de navigation et cognitives devraient s'améliorer. Les chercheurs numériseront les images du cerveau pour voir si le jeu change la façon dont les connexions se font.

Le Prof. Newell espère également que VERVE permette de détecter les signes annonciateurs d’un risque de chute dans le cerveau des personnes, afin de recommander des solutions pour éviter que cela se produise, et pourquoi pas en jouant à un jeu de navigation.

Lorsqu’une personne âgée tombe, cela peut restreindre son mode de vie, la conduire à l'isolement, et représenter un risque accru de déclin cognitif. Par conséquent, repérer les personnes qui risquent de chuter et les aider pourrait finalement réduire le risque qu’elles développement des troubles de la mémoire.

City Quest a été conçu par une société de jeux italienne qui s'appelle TESTALUNA et propose des jeux commerciaux comme « Hot Rod Racers ». Le jeu pourrait être étendu à des villes différentes, avec différents niveau de difficulté, et vous permettre de préparer un voyage ou de profiter d'une promenade virtuelle dans Dublin, Paris ou Rome.  « Cela n’a rien d’un exercice psychologique ennuyeux. La clé est de se divertir. Les joueurs doivent s’amuser. Il y a des défis à relever. Vous êtes motivé pour passer au niveau suivant », explique le professeur Newell.

« Nous espérons créer un jeu amusant, auquel les personnes âgées pourront jouer à la maison, pour gagner plus de confiance en elles, et donc sortir davantage ». Il a été démontré que le manque de mobilité chez les personnes âgées peut nuire à certaines de leurs capacités comme la navigation spatiale.

Le projet VERVE implique des experts de la technologie et du cerveau en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne et en Allemagne. Deux autres groupes sont ciblés par le projet, à savoir, les personnes souffrant d'apathie due à la maladie d'Alzheimer et les personnes souffrant de phobies. Pour en savoir plus, cliquez ici (Anglais).

Partager cette page: